Saltar para: Post [1], Pesquisa e Arquivos [2]

Pensamentos Nómadas

Nomadic Thoughts - Pensées Nomades - Кочевые Мысли - الأفكار البدوية - 游牧理念

Pensamentos Nómadas

Nomadic Thoughts - Pensées Nomades - Кочевые Мысли - الأفكار البدوية - 游牧理念

Syrie: qui croire? (partie 2), par Luís Garcia

 

 

Syrie, qui croire - 2 partie

 

Luís Garcia POLITICA SOCIEDADE  en français  

Les medias occidentaux, orwelliennement auto-dénommés «détenteurs de la vérité» disent une chose. La «propagande» du « régime syrien » et du méchant Poutine disent le contraire. Alors, qui devons-nous croire? Allons-y par étapes.

 

Armes chimiques d’Al-Assad
Du côté occidental, on a souvent accusé le «régime» syrien d’attaquer ses civils (pour quelle raison !?!) avec des armes chimiques. L’exemple le plus connu est celui de «l’attaque chimique de la Ghouta perpétrée par l’armée syrienne». Ce mythe a été répété jusqu’à l’épuisement, entre hystérie et fondamentalisme, jusqu’à devenir une vérité en occident. Le problème c’est que…ça n’a pas eu lieu! L’armée chimique n’a pas commis d’attaque chimique sur aucune Ghouta. Toutes les preuves montrant clairement l’auteur des attaques («rebelles »terroristes) ont été remises par la Syrie et la Russie à l’ONU. Les différentes organisations et personnes ayant analysé l’attaque n’ont jamais trouvé de preuves contre la Syrie. Et pourtant, qui en occident doute que «le coupable est Al-Assad»? Personne bien-sûr, grâce à la version officielle des médias occidentaux qui n’ont notifié ni les preuves, ni les recherches et les conclusions qui innocentent le «régime» syrien. Pour ne pas parler de l’usage de la logique, quelque chose que tout le monde peut faire seul à la maison. Pour ne pas trop m’étendre, je vous invite à lire cet article de Thierry Meyssan, un des nombreux qui décortique, par la logique appliquée à des faits accessibles, ce mensonge de la Ghouta :

 

Je vous invite aussi à regarder cette vidéo de Thierry Meyssan.

 

 

Armes chimiques des «rebelles»

De l’autre côté, pendant ces 3 dernières années, les médias russes, médias syriens et autres médias appelés «fake news» ont constamment  communiqué les attaques chimiques des «rebelles» terroristes à un rythme hallucinant, montrant presque toujours des images et souvent des vidéos. Et ça ne passe pas dans les médias occidentaux ? Héhé, mais pourquoi donc?

 

Chaque semaine je lis ce genre d’information. Toutes les semaines je vois au moins un ensemble d’images ou une vidéo prouvant que les «rebelles» terroristes produisent des armes chimiques et/ou les utilisent contre les civils qu’ils étaient supposés «libérer». Presque toutes les semaines le gouvernement syrien (aussi parfois avec le gouvernement russe) fournit à l’ONU ses rapports sur les attaques chimiques de rebelles, accompagnés des preuves recueillies. Chaque fois que cela se produit, je vois des informations des médias «fake news» relatant précisément ces actions syro-russes à l’ONU. Donc j’insiste, pour quelle raison les attaques chimiques de «rebelles» ne passent-elles pas dans nos médias occidentaux, ni les accusations syro-russes, ni la remise des documents syro-russes à l’ONU?

 

Pour ne pas trop vous fatiguer je partage ici seulement 2 des vidéos plus récentes sur les attaques chimiques de « rebelles » terroristes. La première montre clairement une roquette avec une bouteille de gaz  lancée par l’Armée Syrienne Libre. Oui, l’armée Syrienne Libre, le logo (de ce groupe terroriste) dans le coin au haut à droite de la vidéo ne laisse aucune marge d’erreur. Pire encore, la vidéo a été publiée par l’Armée syrienne Libre elle-même, tant adorée par les médias occidentaux, portugais* inclus. Mais ces médias occidentaux sont tellement, mais tellement  sélectifs que, bien qu’ils passent leur temps à partager les ridicules campagnes de relations publiques « rebelles » (du genre petit enfant plein de poussière dans un fauteuil orange), ne partagent pas les scandaleuses preuves de terrorisme de l’Armée Syrienne Libre comme:

 

 

La vidéo suivante montre l’arsenal d’armes chimiques des « rebelles » terroristes laissé dans la récemment libérée Alep-Est, caché dans des écoles, et jusque dans un hôpital. La vidéo montre encore l’équipe de sapeurs russes débarrassant Alep-Est des mines installées par les libérateurs « rebelles » ! Ahhh, ces méchants russes :

 

 

Qui croire?
Qui on veut? Pourquoi pas. Maintenant sérieusement, je veux bien faire l’effort de croire en les «informations» des médias occidentaux sur ces thèmes de guerre stratégique. Je le fais souvent au contraire de ce que le lecteur pourrait croire, mais pour une raison logique. Je m’imagine croire que oui, quand les médias portugais m’informent qu’Al-Assad ordonne des attaques chimiques comme celle de la Ghouta quand il se réveille de mauvaise humeur, celle-ci est, à partir d’alors, la vérité absolue, même sans preuve, absolument aucune, relatée avec hystérie, oui. Très bien (je veux dire mal, pauvres civils syriens).


Mais plus tard je vois des informations de «médias alternatifs» sur des attaques chimiques de «rebelles», chargées d’images et de photos. Plus encore, je vois des publications de ces groupes «rebelles» et je constate que ces derniers partagent aussi des informations et contenus variés sur ces mêmes attaques. Et je reste perplexe, ou plutôt pas.

 

Pourquoi? Parce que ces médias occidentaux/portugais qui m’«informent» sur les attaque chimiques d’Al-Assad, s’ils sont des organes d’information, doivent aussi m’informer sur toutes les attaques chimiques, non? S’ils ne m’informent jamais sur les constantes attaques chimiques de «rebelles» extensivement documentées, pour quelle maudite raison décident-ils de m’«informer» sur les rares attaques chimiques d’Al-Assad non documentées? C’est de là que je conclue ne pas croire en les médias occidentaux/portugais. Il n’y a aucune cohérence dans leur comportement. L’information n’est pas produite quand c’est nécessaire et, au contraire, on produit de l’hystérie basée sur du vide. Même en croyant que les 2 côtés commettent des attaques chimiques, moi, en tant que lecteur de médias d’information je conclue : s’ils sont des organes d’information, leur rôle est d’informer, pas de sélectionner ! S’ils sélectionnent ce ne sont pas des organes d’information, au mieux des organes de communication, qui communiquent de la désinformation. S’ils désinforment, ahhh, alors… allez vous faire foutre !


*L’auteur est portugais

Luís Garcia, 20.12.2016, Chengdu, Chine

(Traduit par Claire Fighiera)

 

 
Vá lá, siga-nos no Facebook! :)
visite-nos em: PensamentosNómadas