Saltar para: Post [1], Pesquisa e Arquivos [2]

Pensamentos Nómadas

Nomadic Thoughts - Pensées Nomades - Кочевые Мысли - الأفكار البدوية - 游牧理念

Pensamentos Nómadas

Nomadic Thoughts - Pensées Nomades - Кочевые Мысли - الأفكار البدوية - 游牧理念

Syrie: qui croire? (partie 1), par Luís Garcia

 

 

Syrie, qui croire - 1ère partie

 

Luís Garcia POLITICA SOCIEDADE  en français  

 

Médias Occidentaux

Les medias occidentaux, orwelliennement auto-dénommés «détenteurs de la vérité» disent une chose. La «propagande» du «régime syrien» et du méchant Poutine disent le contraire. Alors, qui devons-nous croire ? Je propose de ne croire en personne et, parallèlement, d’établir 3 méthodes d’analyse qui se complètent entre elles:

  1. Exiger des données, des faits, tout comme des sources et l’identité des sources.
  2. Raisonner avec logique.
  3. Comparer l’évènement actuel avec des évènements historiques similaires.

 

Analysons ce qu’on nous propose :

  1. Y a-t-il des photos ou des vidéos de bombardements massifs sur des civils ? Non. Y a-t-il des photos ou des vidéos de soldats syriens exécutant des femmes et des enfants ? Non. Existent-ils des images ou des photographies montrant des masses de personnes mortes à Alep ? Non. Combien de médias occidentaux se trouvent en ce moment à Alep transmettant des preuves sur ces accusations gravissimes ? Zéro.
  2. Pour quelle raison les syriens libéreraient-ils les « rebelles » terroristes et exécuteraient les civils ? Pour quelle raison l’armée syrienne effectuerait-elle une longue guerre de guérilla urbaine, conquérant quartier après quartier sans bombardement aérien pour, après la conquête, exécuter les civils qu’ils avaient tenté d’épargner en agissant de la sorte ? Si l’armée syrienne est «sanguinaire», composée de «monstres barbares», «désireux de tuer des civils», pourquoi n’ont-ils pas nettoyé Alep-Est avec une pluie de bombes, tuant sans effort et sans risque « rebelles » terroristes et civils, épargnant ainsi la vie de ses militaires «sanguinaires» ?
  3. Au Nicaragua et dans beaucoup d’autres pays d’Amérique Latine, les médias occidentaux désignaient la résistance populaire indigène de «terroristes», alors qu’ils appelaient «libérateurs» les mercenaires contras entraînés et payés par les Etats-Unis. Pendant la guerre coloniale portugaise, l’Etat portugais considérait les africains qui luttaient pour l’indépendance de leurs terres comme des «terroristes», et comme de «braves patriotes» les portugais qui les décimaient. Pendant la guerre du Vietnam, les médias occidentaux n’avaient aucun problème à qualifier de «barbares», «sanguinaires» et «terroristes» les vietnamiens communistes (et beaucoup de ne l’étaient même pas) qui se battaient de manière inégale contre l’invasion des Etats-Unis, le «pays de la liberté», n’est-ce pas ? Et ainsi de suite…

 

Si on reprend le point 1, voici les preuves d’ «Alep transformée en méga-cimetière», ou encore celles des «femmes et enfants exécutés par l’armée syrienne» (attention, je ne suis pas en train de nier la version occidentale, je partage seulement les preuves) :

ZERO!

Un exemple parfait de ce zéro bien rond se trouve dans l’ONU, tellement citée par nos médias occidentaux comme source crédible sur le « méga-cimetière à ciel ouvert »ou les « exécutions de femmes et d’enfants  par les soldats syriens ». Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a parlé de rapports transmis qui rendaient compte des atrocités contre des civils à Alep mais n’a jamais indiqué les sources de ce rapport, indiqué quel type d’atrocités, il n’a montré aucune preuve ni même indiqué d’auteurs supposés. Le porte-parole du secrétaire-général de l’ONU, Stephane Dujarric, a affirmé « croire » que des « atrocités seraient en train d’être commises sur des femmes et des enfants », ajoutant toutefois que « l’ONU n’est pas en mesure de vérifier cette affirmation de forme indépendante ». Zéro, zéro, zéro tout rond.

 

Propagande syro-russe

Du côté de la Syrie et de ses alliés, la version est radicalement différente. La Syrie et ses alliés affirment que leur objectif fût celui de libérer Alep-Est des mains de mercenaires payés par l’occident et les Etats arabes auxquels appartiennent des groupes «libérateurs» comme Al-Qaïda, Ahrar al-Sham et compagnie. Ils affirment que durant ce processus ils libérèrent des milliers de civils à qui ils délivrèrent nourriture, soins médicaux et abris. Ils affirment que durant ce processus, civils et militaires syriens ont été attaqués par des tirs provenant des «rebelles» terroristes alors qu’ils sortaient d’Alep-Est. Ils affirment encore que les habitants d’Alep-Est les ont reçus comme libérateurs. Ils attestent qu’à Alep on fête la victoire contre les «rebelles» terroristes. Ils affirment qu’ils traitent les «rebelles» terroristes dignement et humainement, que certains sont pardonnés et que la majorité restante est envoyée par bus dans le nord-ouest de la Syrie, zone encore contrôlée par des «rebelles terroristes».

 

Venons-en aux preuves :

 

« Rebelles» terroristes et leurs familles quittant Alep en sécurité, se dirigeant vers Idlib

(Merci à South Front pour la vidéo)

  

Civils en fuite d’Alep-Est et militaires syriens attaqués par des tirs

 

Civils fuyant Alep

 

Civils fuuyant Alep-Est, reçus et aidés par les forces syriennes

Diaporama 1 

 

Diaporama  2

Diaporama 3

 

 

vídeo

 

Syriens célébrant la reconquête d’Alep-Est

 

 

 

Syrie, qui croire ? Raisonnez un peu. 

Luís Garcia, 19.12.2016, Chengdu, Chine

(Traduit par Claire Fighiera)

 

 
Vá lá, siga-nos no Facebook! :)
visite-nos em: PensamentosNómadas